En odeur de sainteté ?

Croix : les Amis de la villa Cavrois de nouveau en odeur de sainteté ?

 

Trente ans de travail pour préserver et valoriser le chef-d’œuvre de Robert Mallet-Stevens n’ont pas suffi à épargner les Amis de la villa Cavrois de la mise au placard. Depuis décembre, l’association n’est plus conventionnée par le Centre des monuments nationaux (CMN), privant ses 400 adhérents de leurs avantages. Mais une lueur d’espoir semble renaître.

 

Gilles Marchal | Publié le 19/03/2021 dans la version numérique de la Voix du Nord



Que penserait l’architecte Robert Mallet-Stevens (1886-1945) des Amis de la villa Cavrois ? Sans doute beaucoup de bien. Sans elle, ce grand paquebot jaune dont il est l’auteur aurait probablement été rasé dans les années 1980 pour laisser place à un sombre projet immobilier. Et que penserait-il du Centre des monuments nationaux ? Beaucoup de bien aussi probablement puisque c’est cet établissement public qui a conduit l’immense chantier de restauration (23 millions d’euros) de la villa Cavrois. Et pourtant, entre l’association et le CMN, le torchon brûle.

 

Dans un courrier daté du 18 décembre 2020, le CMN a fait savoir aux Amis de la villa qu’il ne reconduisait pas la convention qui les liait, évoquant sans en dire plus « une divergence d’appréciation (…) sur un sujet particulier ». En creusant un peu, il est apparu que l’élection trois mois plus tôt de Paul-Hervé Parsy au poste de président de l’association avait braqué le CMN. Pourquoi ? « Paul-Hervé Parsy a longtemps été l’administrateur de la villa Cavrois et avant cela il était au château d’Oiron (dans les Deux-Sèvres). À chaque fois Carine Guimbard (l’actuelle administratrice de la villa Cavrois, ndlr) lui a succédé et, entre eux, c’est un peu compliqué », observe un fin connaisseur du dossier. À cela s’ajouteraient des problèmes récurrents de personnel à la villa Cavrois. « Paul-Hervé Parsy a dû les gérer par le passé et le CMN a très peur qu’il les fasse ressurgir. »

 

Le CMN reste muet

 

Une réunion organisée fin février entre les trois vice-présidents de l’association, le directeur du CMN Philippe Belaval et l’administratrice de la villa a permis de renouer le dialogue et d’envisager un retour à la normale. « La convention devrait être signée pour 2021 mais on attend un retour du CMN », indique Jacques Desbarbieux, vice-président des Amis et seule personne habilitée à parler au nom de l’association. Contacté lui aussi, le CMN ne veut rien dire : « Nous n’avons pas d’autres indications ou commentaires à apporter. »

 

Dans un courrier adressé aux membres de l’association, Paul-Hervé Parsy a réaffirmé sa volonté de ne pas s’immiscer dans la direction de la villa. Mais il n’est pas question qu’il quitte ses fonctions : « Notre président a été élu démocratiquement, qui plus est à l’unanimité, rappelle Jacques Desbarbieux, On ne voit pas pourquoi on en changerait. »

 

Le renouvellement de la convention des Amis de la villa permettrait à ses 400 membres d’accéder de nouveau gratuitement au monument et d’y organiser leurs activités, en particulier des expositions et des conférences, contribuant ainsi à faire rayonner cette incroyable maison qui avait accueilli près de 110 000 visiteurs en 2019.